Chroniques Terriennes Du côté des solutions

Chroniques Terriennes Du côté des solutions

 

Pour cette nouvelle saison, les sujets seront variés  Mais en m’éloignant de l’Histoire, avec un grand H, telle qu’elle perdure depuis…..depuis 1000 ans…. ou 2000 ans. Cette Histoire là, n’a plus d’avenir et malgré les douloureux soubresauts que nous auront encore à subir,   je ne parlerais plus des drames qui bouleversent nombreux peuples sur notre terre. Vous avez certainement constaté, comme moi, que nous allons de plus en plus vite pour arriver à l’extinction de notre civilisation, sinon de notre humanité.

La première émission de cette nouvelle année est, en quelque sorte,  une espèce de conclusion pour refermer cet épisode et en inventer un autre plus porteur d’espoir, même si le désespoir me gagne souvent.

Donc, Dans la suite des émissions, j’essayerai de parler de tout ce qui peut être des motifs de renouvellement dans nos sociétés pour en éviter la fin  en rêvant d’une autre humanité qui est peut être en train de se construire.

 

 Le générique que vous entendrez au début de chaque émission est une composition de Mikis Theodorakis, Anixe to parathiro, chanté par Maria Farantouri       

 

Diffusion : 1er semaine du mois, le Mardi à 18h, le Mercredi à 8h15 et le Samedi à 16h

Les chroniques terriennes transition à Albi

émission du 03/05/2022 nombre de lectures : 19 lectures

Le monde d'après suite : rencontre avec perma81

Le monde d’après que peut il être ?. Les  chroniques terriennes continuent  de creuser ce sillon et du point de vue de citoyens engagés. Le mois dernier nous étions à Sète. Aujourd’hui nous sommes à Albi où j’ai rencontré Frédérique, Alice et Florence dans le jardin de Frédérique Comment et pourquoi des citoyens d’Albi se sont mobilisés depuis au moins 7 ans pour poser les bases d’un autre monde.

Pour en savoir plus quelques sites : https://albivillecomestible.fr ; https://repair-cafe-albi.fr/ http://numerique-albi.fr/; https://terrescitoyennes.org ; https://perma81.com

 

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire :