le bruit de fond des campagnes

 

 

 

 

 

"Radio Murmures, le bruit de fond des campagnes"

 

 

Une série de 25 émissions radiophoniques

de 20 minutes

 Des expériences originales de créations d'activités

en Massif Central
25 portraits sur 5 territoires
 Sud-Ardèche, Sud-Aveyron, Puy de Dôme, Haute-Loire et Plateau de Millevaches

 

 

Un partenariat réseau des CREFAD - Radio Saint-Affrique

 

 

 

                                     

 

 

 

 

 

         

         

 

...comme un bruit de fond échappé des campagnes du Massif Central et de leurs habitants qui s'agitent, se regroupent, prennent leur vie en main et créent des activités.

Ils sont de plus en plus nombreux en Haute-Loire, Puy de Dôme, Ardèche, Aveyron, Creuse et Corrèze à décider d'habiter là, de vivre et de travailler au pays et de bousculer quelques barrières pour rendre leurs choix possibles.

Nous, associations d'éducation populaire et d'accompagnement aux initiatives locales, avons souhaité conduire la rumeur jusqu'aux ondes, donner à entendre la singularité des choix et des parcours de ces personnes.

 

On trouvera dans ces 25 émissions, chacune consacrée à un témoignage individuel ou collectif, une diversité d'activités agricoles, artisanales, culturelles, de services, d'habitat et de construction, inscrites ou non dans le champ de l'économie marchande.

 

Au-delà des spécificités de chaque manière d'entreprendre et de s'organiser, il s'agit de mettre un peu de lumière sur ce que ces choix de vie racontent de la société et des possibilités explorées ou non de s'y émanciper. On y découvre une vie rurale trépidante, des réservoirs de créativité et d'innovation, des métiers qui s'inventent sur la base des envies, des savoir-faire et des valeurs de ceux qui les créent.

 

 

 

 

 

 

 
   

 

 

 

 Ces émissions ont été réalisées en partenariat avec Radio Saint-Affrique, dans le cadre du programme « Accueillir et accompagner des personnes en création d’activités atypiques et innovantes en Massif Central ».

 

Porté par les associations Dasa (Haute-Loire), Pivoine (Creuse, Corrèze), CREFAD Auvergne (Puy-de-Dôme), Idées (Aveyron), Avril (Ardèche) et la coopérative d'activités Oxalis (Creuse et Haute-Loire).

Ce programme est financé par la DATAR Massif Central, les régions Auvergne, Limousin, Rhône-Alpes et Bourgogne.

 

 

 

 

25 portraits sur 5 territoires



 

Les Recyclards, recyclerie

Les Recyclards, recyclerie, Largentière (Ardèche)

 

Malika est membre de l'association Les Recyclards, une ressourcerie associative qui récupère, trie, bricole, redonne vie aux objets délaissés puis les vend. Une équipe de bénévoles et futurs salariés a obtenu l'autorisation des élus locaux pour collecter dans les déchetteries locales les objets récupérables. Devant la benne ou au magasin, les recyclards interpellent sur les montagnes de déchets que nous produisons et les rapports que nous entretenons avec les objets.

 

Les Recyclards, recyclerie

Samuel, Céline, Fred, Aline et Raphaël, lieu de vie collectif

Samuel, Céline, Fred, Aline et Raphaël,

lieu de vie collectif et activités diversifiées à Malvières, sur le plateau de la Chaisedieu (Haute-Loire)

 

Ils étaient cinq à s’imaginer vivre ensemble en habitat groupé et porter des activités économiques, agricoles, culturelles, d’accueil. A l’heure de trouver le lieu de leurs envies, ils ont confronté le projet « hors-sol » à la réalité de leur environnement, de leurs priorités individuelles, familiales, professionnelles. D’un lieu unique où vivre et travailler, ils ont glissé vers un habitat et une ferme distants d’un kilomètre. Du collectif de cinq sont nés des collectifs à géométrie variable recréés au gré des activités et projets portés par l’un ou les autres.

 

 

Samuel, Céline, Fred, Aline et Raphaël, lieu de vie collectif

 

La Peyramont, lieu collectif de vie et de travail

La Peyramont, lieu collectif de vie et de travail à Lanarce (Ardèche)


Antoine est paysan boulanger et Bertrand brasseur. Ils sont installés sur une ferme avec trois autres personnes, dont deux charpentiers. Depuis 15 ans, plusieurs agriculteurs ou gens de passage ont habité et travaillé là. Le collectif affine continuellement son organisation collective, dans le travail et la vie quotidienne. Les terres agricoles appartiennent à la commune, mais le collectif n’a jamais pu obtenir de bail de longue durée pour les valoriser. Il les utilise donc dans la précarité, sans assurance d’une prochaine saison agricole possible.


La Peyramont